Mouvements oculaires

MOUVEMENT DES YEUX

 

Position : assis de façon à être stable durant tout l’exercice,  soit sur une chaise, bien adossé et les pieds à plat au sol, soit au sol, le sacrum supporté par un petit coussin et les genoux pliés en lotus

Durée : 1 minute par mouvement.

Fréquence :   minimalement une fois par jour, idéalement deux fois, avec un intervalle de plusieurs heures entre chaque pratique.

Vitesse:         Au départ, 60 battements par minute, pour se familiariser avec les exercices. Ils peuvent être dictés par un métronome ajusté au mouvement désiré. Deux battements représentent un cycle complet. Il est recommandé d’augmenter mais peu à peu, la vitesse des battements, jusqu’à un maximum de 180 battements à la minute. Plus vite que ces 180 battements, il n’est pas démontré que l’efficacité progresse.

Commencer par pratiquer sept jours consécutifs. Ajuster en supportant la même durée, fréquence et vitesse, ou en augmentant légèrement chaque ou certains des trois éléments, selon le degré d’intégration. Plus les exercices deviennent faciles, plus le niveau d’intégration est grand. Ensuite, se donner une séquence de sept jours à la fois, à la fin de la quelle on réajuste. Ne pas tenter de changer les paramètres durant une séquence. Ni de faire durer une séquence sur plus de sept jours à la fois.

 

Description des mouvements :

Tête relaxe sur une colonne vertébrale relaxe. On veut libérer la dure-mère de ses tensions. Les endroits stratégiques sont à la base du crâne, à la jonction de la dernière lombaire et le sacrum et, bien sûr, là où ont eu lieu les traumas directs, sur le trajet. Ces endroits vont sembler plus « raides » à la conscience corporelle; être conscient des efforts que le corps fournit et ne pas s’obliger à augmenter les efforts en fréquence, en vitesse ou en amplitude, si on ne peut relâcher pour un minimum de confort.

On s’assure que la tête ne bouge pas sur la colonne, les yeux vont et viennent dans le mouvement prescrit, en suivant le battement du métronome, pour une durée de 1 minute.

 

Droite-Gauche

Haut-Bas

Diagonale Droite(haut)-Gauche(bas)

Diagonale Gauche(haut)-Droite(bas)

 

Les tensions à la mâchoire, aux cervicales, aux côtes, aux lombaires basses, sont souvent les premières à faire surface. Ne pas s’inquiéter des tensions qui surgissent. Simplement faire de petites rotations de la tête sur le cou entre les différents mouvements. Bien respirer tout au long des exercices.

 

Raison d’être de ces exercices

Les mouvements oculaires sont puissants. Ils sont reliés, bien sûr, aux muscles oculaires, et aux nerfs optiques, lesquels sont entourés de la dure-mère. La dure-mère enveloppe aussi tout le système nerveux central, contenu dans la boîte crânienne et dans le rachis vertébral. Comme le matériau de la dure-mère est inélastique, tout mouvement produit sur sa surface entraîne le mécanisme entier dans ce même mouvement.

Ces exercices ont été mis au point pour le traitement des traumatismes physiques, comme les commotions cérébrales, ou émotionnels, comme les chocs traumatiques survenus lors de présence à des événements au contenu violent. Alliés aux exercices de la respiration dynamique (décrits sur une autre page) ils constituent une étape pour l’expérimentation du corps émotionnel et l’intégration de nombreuses situations survenues sur l’échelle des cycles humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *