Et quelle est votre part là-dedans ?

Lorsqu’on dit d’une personne qu’elle est en forme, on veut dire habituellement qu’elle a beaucoup d’énergie et qu’elle peut agir librement. On associe une grande quantité d’énergie à un entraînement physique assidu,  à une bonne alimentation, à un sommeil réparateur, à des relations humaines de confiance, bref à une saine hygiène de vie.  Bien traité, notre corps produit inévitablement de l’énergie. Cette partie là vous appartient et, si vous êtes rusé, vous donnez à votre corps toutes ces conditions. C’est ce qu’on appelle « la grosse base ».

S’il arrive qu’on ait créé des circonstances contraires à une bonne hygiène de vie, il est toutefois possible de les changer.  On peut y arriver, en synchronisant le rythme détraqué avec le rythme authentique des tissus du corps. Ce rythme authentique est présent dans les couches les plus profondes des tissus, des liquides, des échanges cellulaires. Le rythme authentique de la vie a moulé le corps sur sa propre perfection, ce qui fait que ce corps peut récupérer de tout déséquilibre, et se régénérer même s’il semble avoir dévié bien loin.

Le corps humain est un repère concret et heureusement. Entendons-nous, rationnellement ce corps, ce dos, ce cou, cette tête, ce tibia, cet estomac, possède en lui toutes les informations nécessaires à recomposer incessamment sa santé parfaite. On appelle ça l’auto régulation.

Toutefois, si le corps n’était que des systèmes à réguler, ce serait simple et on pourrait même faire confiance aux robots et à toute la technologie de l’intelligence artificielle pour restaurer les fonctions « déficientes ». Mais ce corps est constitué de myriades d’informations concernant ses relations avec les autres êtres humains, ceux qu’il adore et ceux qu’il aime moins fort…., avec la plante verte sur la table de cuisine tout autant qu’avec la végétation qui envahit la cour arrière, avec son chien Miro et aussi avec tous les autres chiens du parc à chien, avec le trottoir de ciment, avec le mur de béton et les pierres du ruisseau, le ciel, les étoiles, la terre et les fleuves, bref, tout son environnement.

Sans compter que ce corps a des liens avec sa propre conscience, son esprit infini, des structures qui lui permettent une évolution sur des milliards d’années, et -merveille qu’on apprend quand on joue du violon- une âme sensible et sublime. Ça fait beaucoup…non ?

Votre part à vous est donc d’accepter d’entretenir votre grosse base et d’accepter consciemment d’être créatif. Parce que vous découvrirez bientôt, si vous ne l’avez pas déjà fait, que vous co-créez votre corps en lien avec ces milliards d’éléments.

Conscience de la complexité qui vient avec la responsabilité de la complexité. Votre part à vous est d’accepter que chaque élément est partie prenante et doit être tenu en compte. Vous allez devenir capable d’intégrer des milliards d’éléments. Ça c’est une excellente nouvelle.